Vous êtes ici : Accueil > Résistances d’Aujourd’hui > Économie, dette, fiscalité

Sous-rubrique

Articles

  • Apple contre Attac : aidez-nous... - Janvier 2018

    Apple contre Attac : aidez-nous à relayer l’appel pour la justice fiscale
    Depuis plusieurs mois, Attac mène des actions citoyennes pour dénoncer l’évasion fiscale massive pratiquée par Apple. La marque à la pomme, qui ne paye quasiment aucun impôt en France, nous assigne en référé et demande à la justice française une astreinte bâillon de 150 000 € pour toute future action ciblant un magasin Apple Store.
    Seule, l’association Attac ne peut pas lutter contre l’empire Apple, sa puissance financière et son (...)

  • Soutien aux faucheurs de chaises - Novembre 2017

    Évasion fiscale : les autorités politiques et judiciaires s’attaqueront-elles aux vrais coupables ?
    Le 6 février 2018, Nicole Briend, militante d’Attac, ancienne proviseure de lycée, sera jugée à Carpentras. Son tort ? Avoir participé, en mars 2016, à une action citoyenne et symbolique de « fauchage de chaises » 1 dans une agence BNP Paribas, la banque française championne de l’évasion fiscale.
    Plus d’info dans le texte (...)

  • Le 12 décembre, Soutien à Antoine Deltour - Novembre 2016

    Le 29 juin 2016, le procès LuxLeaks s’est conclu sur la condamnation des lanceurs d’alerte Antoine Deltour et Raphaël Halet qui avaient agi dans l’intérêt général en documentant les dispositions luxembourgeoises d’évasion fiscale en faveur des multinationales. Cette condamnation est inacceptable. Le procès en appel des lanceurs d’alerte et aussi, suite à un appel général du parquet luxembourgeois, du journaliste Edouard Perrin acquitté en première instance, se tiendra à partir du 12 décembre à Luxembourg. (...)

  • Evasion fiscale : Bizi effectue une saisie de meubles à l’agence HSBC de Bayonne - Février 2015

    Ce jeudi 12 février à 14H30, 17 militants du groupe altermondialiste basque Bizi ! se sont emparés de sièges de l’agence bancaire HSBC située rue Thiers à Bayonne et les ont installés au local de leur mouvement. Avant de quitter la banque avec le mobilier saisi, sous les applaudissements des passants et des ouvriers d’un chantier voisin, les militants ont remis au responsable de la banque un exemplaire du « Livre noir des banques » que viennent de publier ATTAC et Bastamag (*). Ils entendaient (...)

  • Communiqué de ATTAC :L’Union européenne et le FMI veulent écraser la résistance des peuples indignés - Juin 2011

    L’Union européenne et le FMI ont mis le couteau sous la gorge du Parlement grec : il doit voter en urgence le troisième plan d’austérité et de privatisations en un an, plus draconien encore que les précédents. Faute de quoi on coupera les vivres à la Grèce qui ne pourra plus payer ses fonctionnaires.
    Le message est clair : la finance européenne n’a aucune intention de céder face aux mouvements sociaux qui se développent en Europe du Sud, à l’origine de manifestations spectaculaires ce week-end en (...)

  • Mouvements Uncuts - Mars 2011

    Récupérer l’argent de l’évasion fiscale au lieu d’imposer l’austérité budgétaire à la classe moyenne, l’idée des mouvements « Uncut » est simple, claire et juste ce mouvement apparu en Angleterre il y à 6 mois vient de s’étendre à la France (Plus d’info... )
    US Uncut plombe une conférence de Bank of America par BeTa-glop
    Voici un texte publié par France Uncut :
    "Auguste Blanqui fût arrêté le 17 mars 1871 après son jugement par contumace à la peine capitale. Sa faute ? Avoir contesté l’ordre établit ! Sa (...)

  • Si la dette est bien un problème, ce n’est pas celui que l’on prétend - Février 2011

    Par Raphaël THALLER et Lilian BRISSAUD, économistes.
    « Les caisses de la France sont vides. » Depuis des années, c’est le même refrain : nous dépensons trop et nous mangeons le pain de nos enfants. En réalité, le thème de la dette publique a pour but de nous faire accepter une diminution des dépenses publiques, qui répond elle-même à l’objectif de diminution des impôts. Plus exactement : les impôts payés par les entreprises et par les classes riches de la société, c’est-à-dire le capital. On peut alors (...)