Vous êtes ici : Accueil > CRHA ? > Conférences et évenements > "ASCENSIONS RÉPUBLICAINES" 11-12 Septembre 2010 > Article de LIBERATION : Tout sécuritaire : les montagnards sont (...)
Publié : 12 septembre 2010

Article de LIBERATION : Tout sécuritaire : les montagnards sont las

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL LIBERATION ( Lire l’original )

Manifestation . Des alpinistes s’élèvent contre le climat politique et la récupération de leurs valeurs.

Les manifestations contre la « xénophobie d’Etat » gagnent les montagnes, troquant les tracts contre les piolets. Dimanche matin, au sommet du Mont-Blanc, à la cime des aiguilles de la République et de Blaitière, on apercevra des Marianne en chair et en os avec bonnet phrygien ; sur la mer de Glace, on assistera à une reproduction vivante du tableau de Delacroix la Liberté guidant le peuple ; dans les Pyrénées,c’est sur un pic emblématique (1) qu’apparaîtra une banderole « liberté, égalité, fraternité ».

« Nauséabonds ». Organisées par des « citoyens alpinistes », ces « ascensions républicaines », symboliques et médiatiques, visent à « prendre de la hauteur par rapport au climat et aux débats nauséabonds installés par le gouvernement ». C’est une fronde pour appeler « les responsables du pays, actuels et futurs, à rétablir l’humanisme, le sens de l’éthique et de l’intérêt général », explique l’initiateur du projet, Yannick Vallençant. Guide de haute montagne et consultant en entreprises à Lyon, il a rallié à son projet des alpinistes, des guides et des montagnards amateurs des massifs des Pyrénées, des Ecrins, des Alpes du Sud, du Vercors… Dans ce milieu plutôt individualiste, rétif aux prises de conscience et aux engagements collectifs, l’initiative surprend.

« C’est vrai que les guides sont traditionnellement plutôt silencieux, répond Rémi Thivel, 41 ans, guide dans la vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques). Il s’agit d’ailleurs d’une démarche individuelle, apolitique et indépendante du Syndicat national ou des compagnies de guides. Je suis guide, mais je suis avant tout citoyen, et choqué par les expulsions de Roms, par la transgression républicaine que constitue cette stigmatisation d’une partie de la population. »

De son côté, Yannick Vallençant dénonce aussi la récupération de la montagne par des ministres à des fins de communication politique. « De Christian Estrosi à Martin Hirsch en passant par Eric Woerth, ils se font mousser en mettant en scène leur pratique amateur de la montagne, censée attester de leur vertu, de leurs valeurs morales et de leur ténacité ! » s’indigne-t-il.

A l’été 2009, Martin Hirsch et Eric Woerth avaient notamment gravi ensemble, chacun encordé avec son guide, la superbe aiguille de la République, au-dessus de Chamonix. Récemment, l’ancien haut-commissaire aux Solidarités actives et à la Jeunesse a apporté son soutien au ministre du Travail en le qualifiant d’« homme droit, juste, montagnard ». Lundi, c’est Nadine Morano qui défendait ainsi le ministre en charge de la réforme des retraites : « Un montagnard. Il sait s’accrocher. »

« Maréchal ». L’annexion de la montagne ou la récupération de l’alpinisme par « des idéologies peu reluisantes » n’est pas une première, souligne Yannick Vallençant. « Ainsi, le 2 juillet 1941, l’aiguille de Blaitière, où nous monterons dimanche, avait été rebaptisée aiguille du Maréchal-Pétain et parée des couleurs nationales par des guides et des délégués des Compagnons de France. »

Les ascensions républicaines sont activement soutenues par l’association Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui, parrainée par Raymond Aubrac, Stéphane Hessel et Walter Bassan, et qui organise le rassemblement annuel Paroles de résistances au plateau des Glières, près d’Annecy.

La Ligue des droits de l’homme, Réseau Education sans frontières et le mouvement Attac ont aussi exprimé leur solidarité.

(1) Initialement prévue au pic du Midi d’Ossau, la manifestation a été interdite par la direction du parc national des Pyrénées.

Par ELIANE PATRIARCA, le 10/09/10