Vous êtes ici : Accueil > Paroles de Résistances : les rassemblements > "Paroles de résistances" : rassemblements précédents > 2007 Paroles de Résistance > Paroles de Résistants, Paroles de Liberté, Rassemblement 2007
Publié : 15 mars 2007

Paroles de Résistants, Paroles de Liberté, Rassemblement 2007

Grand vent sur le plateau des Glières :
Paroles de Résistants, Paroles de Liberté
1000 personnes rassemblées sur le site majestueux !
Publié le mardi 15 mai 2007.

Le soleil était là, le vent aussi, ça soufflait sur le plateau ce dimanche, en ce jour de protestation contre la récupération médiatique de ce haut symbole de la mémoire collective.

Des enfants découvrant le lieu, impressionnant pour la première fois, des parents en esquissant rapidement l’histoire ... ce fut l’occasion d’une séance d’éducation civique in situ, l’émotion et la convivialité en plus, sous le regard bienveillant des sommets environnants.

Il fut d’abord fait une courte présentation par un des citoyens à l’initiative de l’appel.

Lui succéda Robert Lacroix, ancien résistant de Haute-Savoie et actuel président départemental de l’ANACR, qui expliqua les raisons du rassemblement et le souci de préserver le lieu de toute tentative de récupération à des fins électorales, comme l’avait indiqué un communiqué officiel de l’ANACR 74 dès le 4 mai.

Enfin, Walter Bassan, ancien résistant, interné à Annecy et déporté à Dachau, lut le texte élaboré par des résistants (dont Lucie Aubrac) en 2004, lors du soixantième anniversaire du Conseil National de la Résistance.
Tous ces textes sont téléchargeables en fin d’article.

Walter Bassan est né le 05/11/1926, arrêté par la Milice le 23 mars 1944, il est interné jusqu’au 29 juin 1944 puis déporté à Dachau sous le N° 75823

Titulaire : Croix de guerre, Médaille militaire, Chevalier de la Légion d’Honneur, Chevalier des Palmes Académiques

Ces paroles d’espoir, de progrès social, de liberté, de liberté de la presse en particulier, ont touché le coeur du public qui arrivait, toujours plus nombreux.

Certains marcheurs s’étaient égarés ... et les distances sont longues sur le plateau ... croyant le rendez-vous sous le monument Mémorial des Glières...
Or la prise de parole avait lieu à l’écart, afin de préserver le caractère solennel du site de Mémoire.
Ce n’est qu’après les interventions des anciens résistants que la foule a commencé à s’acheminer en direction des bras tendus vers le ciel de l’immense sculpture. Un cortège sans banderolles, sans slogan, calme et amical.

Prenant un moment individuel de recueillement et d’évocation, les petits groupes se sont dispersés dans les prés pour partager ce fameux pique-nique citoyen auxquels tous avaient été conviés.

Un des résistants signataires de l’appel, Constant Paisant , nous livre aujourd’hui ses réflexions sur cette très belle journée :

" J’ai été surpris par l’affluence. On m’avait posé la question deux jours avant et j’avais répondu que quelques centaines de personnes, ce serait déjà beaucoup. Mais là, une telle affluence,des gens de partout, alors que ça n’avait même pas été annoncé dans la presse locale [1], c’est extraordinaire !"
Les délais très courts d’organisation, le bouche-à-oreille, la diffusion de l’information "par la bande" le laissent songeur :

"J’ai retrouvé des tas d’amis que je ne m’attendais pas à voir ; Je ne sais pas comment ils ont su, mais enfin, ils étaient là, c’était vraiment très agréable pour moi de voir cette mobilisation tranquille et sympathique".

Constant, FTP aux Glières
Sur le geste de Nicolas Sarkozy-candidat ( " et puis, comme ça, la veille des élections ! " ), cet ancien FTP du plateau des Glières affirme simplement que " La résistance appartient à tous : elle est la mémoire nationale. Mais elle doit être préservée de tout coup médiatique et électoraliste ".

Constant Paisant n’en fait pas un sujet à polémique. Il s’en tient simplement à la notion de dignité et de respect pour ses camarades tombés si jeunes autour de lui.

Article publié le mardi 15 mai 2007 sur le site du fsd74.

Documents joints

Notes

[1] [1.Ce n’est pas tout-à-fait exact, l’hebdomadaire Le Faucigny avait publié l’appel des trois résistants in extenso le vendredi 11 mai, mais effectivement le quotidien Dauphiné Libéré n’a absolument pas fait passer l’information.